Dans le cadre de la MTC (Médecine Traditionnelle Chinoise), la caractéristique du Poumon est une fonction de diffusion, de dispersion du Qi protecteur et des liquides organiques dans la totalité du corps, entre la peau et les muscles. L’intérêt d’une respiration consciente est d’élever le taux vibratoire du corps et d’augmenter la perfusion sanguine au niveau des viscères.

Nous voilà dans la partie la plus intéressante de notre organisme, celle du cerveau entérique. Ce dernier est primordial dans le maintien de l’immunité. Raison pour laquelle il est important de maîtriser le processus inflammatoire et le déséquilibre bactérien (dysbiose) au niveau de la sphère intestinale.

Au vu des dernières recherches, il est étonnant de constater que le virus dont tout le monde parle, se comporte comme un bactériophage, un virus infectant les bactéries. Le scénario est simple : le virus infecte les bactéries, qui deviennent de facto virulentes provoquant notamment une inflammation. Or une bactérie pathogène impliquant Prevotella est déjà connue pour provoquer des symptômes respiratoires aigus.

Moralité de l’histoire, l’apport de probiotiques comme Lactobacillus brevis, est capable d’empêcher Prevotella de former des biofilms, permettant aux bactéries de se mettre à l’abri du système immunitaire et des antibiotiques.

Frictionner le point d’acupuncture GI20 (à la base des ailes du nez) avec une huile essentielle comme Eucalyptus globulus ou radiée est une première mesure qui vise à renforcer l’immunité de l’intestin. Ce réflexe permet également d’avoir un impact triple consistant à préserver la flore du virus, déployer une meilleure ventilation pulmonaire et renforcer le Qi du poumon.

En d’autres termes, si le Qi du Poumon est faible et si sa fonction de diffusion est altérée, le Qi Protecteur n’atteint pas la peau, et le corps est alors facilement envahi par les facteurs pathogènes externes.

Quand une personne prend froid, la plupart des symptômes traduisent l’altération de la fonction de diffusion du Poumon. Le Vent Froid externe obstrue la peau, empêche le Qi protecteur de se propager, et donc perturbe la fonction de diffusion du Poumon. Le Qi ne peut plus être diffusé et tout se « bloque ». C’est très précisément ce que ressent une personne qui a un bon rhume accompagné de céphalées, de nez bouché, d’éternuements, etc. comparable à une infection virale comme le SARS-Cov2.

 

Simon Reboh, Ph.D

TCM MD –  Nutritional Neuroscientist & Pharmacist